Liverpool FR


BIENVENUE SUR LA COMMUNAUTE FRANCOPHONE DES REDS

Liverpool



Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Drame de Hillsborough

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 3 sur 5]

51 Re: Drame de Hillsborough le Sam 20 Juin - 20:35

ssee

avatar
Administrateur
Administrateur
site officiel a écrit:Over 4,000 people were out on the streets of London today taking part in an emotional march to deliver a petition to 10 Downing Street supporting the families of the 96 who lost their lives at Hillsborough.
Plus de 4'000 personnes, c'est beau... Quelle solidarité et mentalité, c'est beau !


_________________

Voir le profil de l'utilisateur http://www.liverpoolfr.com

52 Re: Drame de Hillsborough le Mer 29 Juil - 23:44

Ces documents inédits sur la tragédie d'Hillsborough, survenue il y a vingt ans dans le stade du même nom à Sheffield (nord de l'Angleterre), vont être bientôt rendus publics, a annoncé mercredi un porte-parole du gouvernement britannique. "Hillsborough a été une terrible tragédie et le gouvernement est déterminé à rendre publiques toutes les informations recueillies au niveau national et local afin de constituer une base de données complète sur le sujet", a affirmé un porte-parole du ministère de l'Intérieur britannique. "Cette publication prendra en compte les volontés des familles de victimes soucieuses de préserver des informations sensibles concernant leurs proches", a-t-il ajouté, précisant que ces mêmes familles auraient accès aux dossiers avant qu'ils ne soient rendus publics. La tragédie d'Hillsborough reste l'une des pires catastrophes du sport britannique. Le 15 avril 1989, 95 supporteurs de Liverpool avaient trouvé la mort écrasés, poussés par la foule dans les tribunes vétustes du stade de Sheffield, lors d'une rencontre de la Coupe d'Angleterre entre Liverpool et Nottingham Forest. Une 96e victime, plongée dans le coma, avait succombé à ses blessures quelques années plus tard.

Voir le profil de l'utilisateur

53 Re: Drame de Hillsborough le Jeu 30 Juil - 9:39

clivethered

avatar
Hall of Fame
Hall of Fame
Bon ben depuis le temps,ca va etre enfin rendu public...

Voir le profil de l'utilisateur

54 Re: Drame de Hillsborough le Mer 11 Nov - 18:32

J'ai une question, quelqu'un connaîtrait ou serait me dire ou on peut avoir les Paroles du Chant en mémoire de la tragédie Hillsborough?

Voir le profil de l'utilisateur

55 Re: Drame de Hillsborough le Mer 11 Nov - 18:49

La domination de Liverpool

En 1989, Liverpool est à l’apogée de son football. Le club emmené par son légendaire entraîneur/joueur « King » Kenny Dalglish écrase tout - ou presque - sur son passage. Le football pratiqué est spectaculaire, rapide et offensif. L’équipe dégage une puissance impressionnante terrorisant tout le Royaume-Uni ainsi que l’Europe entière.
Dans les années 1980, pour le compte du championnat, l’équipe se classe 6 fois première et 3 fois deuxième! En Coupe des Clubs Champions (l’ancien nom de la Ligue des Champions), le drame du Heysel et l’interdiction pour les clubs anglais de participer à toute compétition européenne pour 5 ans (3+2 après des incidents pendant l’Euro 88) et 10 ans pour Liverpool finalement ramené à 7, freine les ambitions du club de la Mersey qui restait sur une victoire en 84 contre l’AS Roma et sur la triste « finale du siècle » du Heysel perdue 1-0 contre la Juventus de Turin (mais est-ce là le plus important…)
L’équipe est basée sur une défense solide composée entre autre de Steve Nicol, Steve Staunton et de Ronnie Whelan. Grobbelaar est quand à lui le gardien à la fois fantasque et solide qui a su succéder au grand Ray Clemence. Au milieu, Alan Hansen, Ray Houghton et le grand John Barnes alimentent les strikers de l’époque que sont Rush, Dalglish ou bien encore John Alridge ou Peter Beardsley.



Dans les années 80, Liverpool a gagné 6 titres de champion (80, 82, 83, 84, 86, 88), a terminé 3 fois deuxième (85, 87, 89), a remporté 2 Coupes d’Europe (81, 84), 1 Coupe d’Angleterre (86) et 4 Coupes de la Ligue (81, 82, 83, 84) plus 4 Community Shield (80, 82, 86, 88).



Le hooliganisme

L’étymologie du mot hooligan remontrait au XIXe siècle lorsque sévissait un bandit du nom de Hooley. Lui et sa bande - le Hooley’s gang - terrorisait les familles irlandaises. Hooligan serait une déformation du Hooley’s gang.
Mais la thèse la plus souvent retenue est celle d’une famille irlandaise particulièrement violente sous le règne de la reine Victoria : les hoolihan.
Par déformation avec le temps, ou peut-être par erreur d’imprimerie (le g et le h se jouxtant sur les claviers), le terme de hooligan était né.

Pour remettre le désastre d’Hillsborough dans son contexte, il faut parler du hooliganisme de l’époque. Après le drame du Heysel, Margaret Tatcher a mené une campagne de répression envers les supporters, en suivant particulièrement les faits et gestes de la Red Army de Liverpool.



Si Liverpool est au sommet de son art footbalistique, le hooliganisme des années 80 en Angleterre aussi : places peu chères, manque ou absence totale de contrôles, organisation défaillante, font que ce phénomène de société fait partie intégrante des rencontres de football outre-manche.
Le hooliganisme naît véritablement dans les années 60 puis prend de l’ampleur dans les années 70 et 80. L’émergence de cultures « souterraines » comme le mouvement punk ou skinhead, la déstructuration de la classe ouvrière, le chômage, l’exclusion des jeunes, la volonté de se démarquer des autres entraînent des comportements déviants. Les faibles revenus des ménages des années 80 associés à des quartiers parfois difficiles conduisent également à une certaine forme de délinquance. Le Heysel fut le « sommet » du hooliganisme en Europe. Les fans de Liverpool furent désignés comme les coupables désignés de cette catastrophe et la répression de Margaret Thatcher fut des plus sévère.

Mais comme nous allons le voir plus loin, à Hillsborough, il ne s’agit aucunement d’un acte de hooliganisme perpétré par les supporters de Liverpool. Aujourd’hui encore, les familles des victimes et tous les défenseurs de la cause rouge s’insurgent sur le fait que certains interprètent encore les évènements d’Hillsborough comme du hooliganisme.



Le déroulement

Le 15 avril 1989, Liverpool affronte Nottingham Forrest pour le compte de la demi-finale aller de la FA Cup. Le match se joue sur le terrain neutre de Sheffield Wednesday : le Hillsborough Stadium.
A noter que le stade - inauguré en 1899 - est très vétuste et que les normes de sécurité sont quasi-inexistantes. La tribune ouest - celle des fans de Liverpool pour ce match - accueille les supporters du club visiteur. La « Lepping Lane End » fut construite en vue de la coupe du monde de 1966 et n’est pas, au jour du drame, équipée de places assisses. Les spectateurs sont debout sur les gradins, comme dans quasiment tous les stades anglais de cette époque.
En raison du hooliganisme qui sévit alors dans les stades de football, des grillages sont placés autour de l’aire de jeu pour la protéger des projectiles et empêcher son envahissement par les supporters. Des grilles fractionnent également la tribune en 4 zones. Ces grillages seront l’une des causes du drame.

Le match doit débuter à 15 heures. Les supporters de Liverpool sont venus une fois de plus en masse pour venir encourager leur équipe. Mais des travaux sur la route menant à Sheffield font qu’une seule voie de circulation sur les trois est disponible. Les bus emmenant les supporters sont très largement retardés dans leur progression. Autour du stade, des travaux sont aussi en cours et de nombreux fans venus en voitures ne trouvent pas de place pour se garer.

Depuis le drame du Heysel, Margaret Thatcher veut éradiquer le problème du hooliganisme et suit de très près les fans de LFC, désignés comme toute l’Angleterre comme les boucs émissaires de la violence anglaise. De nombreux policiers sont donc présents pour ce match et des caméras munies de zooms super puissants sont mis à disposition pour pouvoir identifier les éventuels fauteurs de troubles.

Entre 14h30 et 15h00, un grand nombre de supporters s’amasse à l’extérieur du stade, en face des tourniquets donnant accès à la tribune ouest qui doit les accueillir. Les fans, retardés par les travaux arrivent dans la précipitation et à quelques minutes du coup d’envoi.


image prise par une caméra en dehors du stade peu avant le début du match

Alors que le match va bientôt débuter, les supporters en colère demandent aux policiers d’enlever les tourniquets qui ralentissent l’entrée du stade.
Devant l’affluence et la queue de plusieurs milliers de personnes qui s’est alors formée, la police du comté décide de faire ouvrir une autre entrée (Gate C), qui elle ne comporte pas de tourniquets, ce qui provoque un mouvement de foule dans cette direction.





Il faut savoir que la tribune ouest est subdivisée par des grillages en quatre zones, et les deux zones centrales ont déjà atteint leur capacité maximale. Pourtant les supporters de Liverpool ne sont pas dirigés vers les autres zones situées sur les cotés de la tribune et traversent le tunnel donnant accès aux zones déjà pleines ! Les policiers ne donnent aucune consigne et les gens doivent se débrouiller pour aller dans le stade. Tous prennent le chemin le plus court et vont en direction des zones centrales.
La poussé de centaines, voir de milliers de supporters, qui ne soupçonnent pas le danger, provoque un gigantesque mouvement de foule dans la tribune, où les spectateurs entrés en premier sont désormais comprimés contre les grillages. Il n’y a plus de place pour bouger. Les gens sont coincés par ces maudits grillages. Certains tombent par terre sous la soudaine violence des chocs. Les poitrines se serrent et il est de plus en plus difficile de respirer. Les fans demandent alors aux policiers présents sur la pelouse d’ouvrir les portes pour qu’ils puissent créer une brèche mais ils ne font rien. Au contraire, craignant un envahissement de terrain, ils demandent aux personnes de reculer, ce qui est totalement impossible au vu de la pression exercée sur les corps.







Les supporters, complètement bloqués et sans issues, souffrent. Des visages se bleuissent à cause du manque d’air ; des visages d’hommes, de femmes et d’enfants. Certains tentent de passer par dessus le grillage. D’autres crient à l’aide suppliant qu’on les sorte de cet enfer. Depuis la tribune haute, des supporters tendent leurs mains pour hisser leurs compagnons hors de danger. Certains y parviennent, d’autres, tellement serrés, ne peuvent esquisser le moindre mouvement.



Le match, quand à lui, débute à l’heure prévue sans que personne ne soupçonne quoi que ce soit avant qu’il ne soit interrompu par l’arbitre à 15h06. Durant ces six minutes de jeu, Bardsley a touché la barre et Notthingham a obtenu deux corners du côté de la tribune Ouest ! La plupart des supporters ne s’en sont même pas rendus compte, trop occupés qu’ils étaient à survivre dans cette tribune manquant soudainement d’air.
Ce sont d’ailleurs des supporters qui ont crié à Bruce Grobbelaar : « Ils nous tuent Bruce, aide nous ! Ils sont en train de nous tuer ! ». Le gardien de Liverpool est alors allé voir l’arbitre du match qui a arrêté la rencontre très rapidement. La police se contentait pour sa part de repousser ceux qui essayaient de passer par-dessus le grillage…
Finalement, une brèche dans le grillage permet à quelque-uns seulement d’échapper à l’écrasement. D’autres entreprennent d’escalader les grilles ou bien sont hissés par leurs camarades jusqu’au second étage de la tribune. Le terrain est alors bientôt rempli par les spectateurs essayant de retrouver leur souffle, souffrant d’asphyxie ou de blessures suite à la bousculade, et par les corps des victimes.




http://www.youtube.com/watch?v=z-AtS85E62s
vidéo du début du match jusqu'à son arrêt à la 6eme minute

La police et les services médicaux, débordés par l’ampleur du désastre, ainsi que des supporters valides, s’efforcent d’aider du mieux possible avec des moyens rudimentaires. Certains pratiquent le bouche-à-bouche sur les victimes, ou utilisent les panneaux publicitaires comme brancards pour éloigner les blessés de la tribune. Bien que certains policiers ont proposés leur aide, la police a, dans son ensemble, été aveugle aux évènements et n’a réagi que très tardivement. Pour preuve, les policiers ont formé une ligne de sécurité craignant que les supporters qui escaladaient le grillage ne veuillent en découdre avec les fans de Forrest à l’autre bout du terrain.
Les secours, déjà peu nombreux, sont arrivés également avec beaucoup de retard, laissant pendant un long moment les supporters s’entre aider. Il n’y avait qu’une ambulance au stade plus une autre en dehors mais cette dernière ne put rentrer dans l’enceinte car elle était trop grosse ! Sur les 96 qui sont décédés ce jour-là, seulement 14 d’entre elles furent amenées à l’hôpital ! Les autres furent prononcés mort sur le terrain. Un supporter, nommé Eddie Spearritt, a perdu connaissance et fut amené à l’hôpital en ambulance pour soins intensifs. Grâce à l’aide médicale qu’il a reçu, il a pu survivre. Nul doute que bon nombre de vies auraient pu être sauvées ce jour-là si une présence plus importante des secours aurait été mise en place…
Pour ceux qui n’ont pu se faire transporter à l’hôpital, leurs évacuations va se faire dans le gymnase de Sheffield qui servira temporairement de morgue et ou les familles des victimes vont devoir se rendre pour identifier les corps.
Le bilan fut lourd : 96 victimes (95 d’abord puis 96 quatre ans après, un supporter étant resté dans le coma) et plus de 500 blessés.

http://www.youtube.com/watch?v=JLN0ukYX3nc
Match of the day part 1

http://www.youtube.com/watch?v=tuxRt1yNtQg&feature=related
Match of the day part 2

http://www.youtube.com/watch?v=kYE8ccyvJOQ&feature=related
Match of the day part 3

http://www.youtube.com/watch?v=hNR7VYbT1RE&feature=related
Match of the day part 4




Les répercussions furent terribles pour tous ceux qui étaient dans cette tribune ce jour-là.
Certains n’ont pu assister à un match de football avant des années. D’autres allaient à Anfield Road mais le cœur n’y était pas. Ils étaient comme étranger au match et ne chantaient, les larmes aux yeux, que lorsque le « You’ll Never Walk Alone » résonnait dans le stade.

Damian Kavanagh a écrit son histoire sur Hillsborough. Il était à Lepping Lane End le jour du drame. Il décrit l’ambiance dans la ville de Liverpool les jours qui suivirent : « Tout le monde a été affecté dans la ville. Chacun connaissait quelqu’un qui avait été au match. Ce désastre a touché les gens au plus profond d’eux mêmes. Les Scousers sont connus pour leur passion pour le football. On pouvait ressentir la peine dans l’air. C’était épouvantable. Dans les jours qui ont suivi, Radio City n’a passé que des musiques douces. Ils furent très appréciés pour cela ».

L’unité se fit à Liverpool dans la solidarité vis-à-vis des familles de victimes. Dans un élan de fraternité, les supporters d’Everton et de Liverpool formèrent une longue chaîne humaine d’un kilomètre reliant Goodison Park d’Anfield, mélangeant écharpes bleues et rouges.
L’administration du club et les joueurs furent également très affectés. Dès le lendemain du drame, les joueurs ont décidé d’aller aux funérailles des victimes pour partager l’émotion des familles.
Il y avait bien sur des joueurs de Liverpool (Dalglish, Hansen, Whelan, Mc Dermott, Phil Thompson, Barnes…) mais aussi des joueurs d’autres clubs (Ian Snodin pour Everton, Garry Mabbutt de Tottenham car il était le joueur préféré de l’une des victimes…).
Anfield va servir de mémorial grandeur nature. La pelouse est recouverte de fleurs et l’on ne voit bientôt plus le gazon vert d’Anfield. Le Kop est lui aussi rempli d’écharpes et de fleurs en tous genres. Les gens font la queue pendant plus d’une heure parfois pour pouvoir rentrer dans le stade et se recueillir. Beaucoup craquent sous le poids de l’émotion mais les gens présents et les stadiers tentent tant bien que mal de réconforter les âmes meurtries.



Le 30 avril 1989, le Liverpool FC et le Celtic FC organisent un match amical pour récolter des fons pour bâtir un mémorial. Liverpool l’emporte 5 à 1 mais le score est anecdotique. Ce match fut l’un des plus émouvants de Celtic Park.



La finale de la FA Cup accouche finalement d’un derby de la Mersey. Quoi de plus symbolique qu’une finale entre les deux clubs de Liverpool pour honorer la mémoire des défunts. Gerry Marsdsen chante avant le match le "You'll Newer Walk Alone" suivi du chant religieux "Aibide With Me". Liverpool l’emporte 3-2 après prolongations avec un doublé du remplaçant Ian Rush dans un match chargé d’émotions.


http://www.youtube.com/watch?v=KYjJy_YyWQE
Gerry Marsden chante pour la finale de la FA Cup

http://www.youtube.com/watch?v=gRlDWZGslMI
Rush marque le but victorieux



Liverpool est blessée au plus profond de sa chair mais la ville peut compter sur de nombreux soutiens et a su rester digne malgré les coups bas de la presse.



L’abattage médiatique et les mensonges de la presse
Très vite après le drame, les journaux se sont emparés de l’affaire en relatant les dires mensongers du commissaire Duckenfield.



Les journaux, radios et télévisions ont une confiance aveugle dans la police. Il existe pour les médias britanniques une sorte de « hiérarchie de la crédibilité » dans laquelle la police occupe sans conteste le haut du pavé. En effet, depuis les années 1970, celle-ci s’est imposée en projetant une image « sexy » de manière à « façonner l’opinion publique ». Ainsi, le commissaire est le détenteur absolu de cette légitimité.
Alors quand Duckenfield affirme que « les grilles ont été forcées par les supporters de Liverpool, les policiers n’ont pas eu d’autre choix que de les ouvrir », les journalistes anglais reprennent mot pour mot sa déclaration.
Jacques Georges, alors président de l’UEFA, s’insurge de la « frénésie de gens à vouloir entrer dans le stade quelque soit le risque pour les vie des autres ». Quelques mois après, il s’excusa et regretta ses propos.


Pendant les années 1980, les groupes de presse furent rachetés par de grands groupes de communications ce qui a abouti à une concentration de la presse et à une « droitisation » de cette dernière, notamment concernant le ***. Les journaux et autres médias devenus (ultra-)conservateurs ont alors tendance à croire les représentants de l’Etat juge, l’Etat qui réprime, l’Etat bientôt obsédé par la formule magique de « tolérance zéro ».
Un autre fait qui a suscité tant d’acharnement est l’idée pour un journal d’obtenir un scoop. En effet, la peur que le journal rival tombe sur un événement accrocheur, vendeur, une histoire unique, vous pousse à déformer la réalité. Le tout, bien sûr, sans penser aux conséquences pour des individus déjà blessés dans leur chair par un drame sans précèdent.
L’amalgame entre les hooligans du Heysel qui ont chargé les supporters de la Juventus et les supporters présent à Hillsborough fut monnaie courante. Les familles d’innocents de Hillsborough sont mises sur le même plan que les criminels du Heysel qui « on tués des supporters de la Juventus ». Il faut imaginer le désarroi de ces familles qui ont perdu des proches et qui se voient ainsi traînés dans la boue.

Toute la presse britannique - le *** et le Sunday Mirror en tête - s’est évertuée à insulter la mémoire de ceux qui venaient de mourir écrasés contre les grilles du stade de Hillsborough. La presse de Liverpool fait bien sur exception, compatissant avec la tristesse de toute une ville meurtrie. Les journaux et les radios locales sont venus en aide aux familles des victimes en leur donnant la parole, en leur offrant un droit de réponse et en mettant en place des lignes téléphoniques pour retrouver les survivants, avoir des nouvelles des blessés, etc…

Les supporters de Liverpool avaient été qualifiés en 1985 après le drame du heysel de "honte de l'Angleterre" par Margaret Thatcher. Ils jouissent à ce moment d'une haine de toutes parts. Les raccourcis sont alors d’autant plus faciles pour une presse à scandale qui n’hésite pas à reprendre les propos du commissaire Duckenfield comme du pain béni.



Le *** : roi du caniveau

La logique enseignée aux journalistes du *** est élémentaire. Dès leur recrutement, on leur dit : ne réfléchissez pas et foncez. Dans la rubrique « World’s Worst » (« les pires du monde »), on vilipende quasi quotidiennement les boucs émissaires favoris du journal, c’est-à-dire les minorités de toute sorte : immigrés, demandeurs d’asile, homosexuels…
Grâce à de telles méthodes, Rupert Murdoch permit au *** de quadrupler son tirage en quelques années, et d’en faire un allié de poids de la politique ultra conservatrice menée par Margaret Thatcher. Vulgarité et propos à sensations étaient devenus les maîtres mots de la rédaction du journal. Les méthodes de travail aussi étaient des plus limites.


Un survivant du drame raconte que pendant que l’on enterrait son frère, on pouvait entendre le crépitement des flashs de journalistes qui grimpaient sur les murs du cimetière. Les clichés des pierres tombales furent publiés en première page quelques jours après.
La presse locale - le Liverpool Echo par exemple - avait fait savoir dès le début qu’elle ne se rendrait pas aux obsèques pour ainsi éviter que des journalistes des pires tabloïds - le *** en tête - se fassent passer pour des reporters de la presse de la Mersey.
Après Hillsborough, le *** contacta également des familles en se faisant passer pour des travailleurs sociaux, des membres de l’Armée du Salut, des psychologues ou bien encore des amis d’amis, etc…pour obtenir des interviews exclusives.
En voici un exemple. Lee Nicol fut l’une des victimes de Hillsborough. Un reporter contacta la famille en leur expliquant qu’il avait une photo de Lee agonisant juste avant de mourir. Il dit que si il n’obtenait pas une autre photo de Lee - en écolier par exemple - la rédaction se verrait dans « l’obligation » de diffuser la photo morbide. La famille accepta l’offre - ou plutôt le chantage - du ***. Le 19 avril, le journal publia côte à côte les deux photos, celle de Lee soutirée à sa famille et celle prise par un reporter le jour du drame. Les Nicol déposèrent plusieurs plaintes mais sans succès.
Le mardi 18 avril 1989, soit 3 jours seulement après le drame, le *** publia un éditorial très prononcé en faveur des policiers, dénonçant les critiques à leur encontre et s’acharna sur la « horde de hooligans ivres et sans tickets qui a voulu pénétrer coûte que coûte dans le stade ».



Ce même mardi 18 avril, dans la soirée, Kelvin Mackenzie, le rédacteur en chef du ***, s’affaire. Mackenzie n’a pas une bonne opinion de la ville de Liverpool qu’il considère comme une ville de gauchistes toujours en grève. Il n’aime pas plus le club du Liverpool FC, étant lui même un fidèle fan de Milwall.



Il demande à Harry Arnold, d’ordinaire spécialiste d’articles sur la couronne anglaise, de rédiger un texte sur Hillsborough qui serait une sorte de résumé de tout ce qui se dit sur l’affaire. Arnold informe alors Mackenzie que la plupart des dires sont des allégations non-vérifiées mais MacKenzie le rassure en lui affirmant qu’il ne mettrait pas tous les supporters dans le même panier.

Le mercredi 19 avril 1989, Kelvin Mackenzie, publie en une et en gros caractères, un article sur la tragédie. Cet article a pour titre "THE TRUTH" et en sous parties "Des fans ont dépouillé des victimes", "Des fans ont uriné sur des braves policiers", "Des fans ont battu des sauveteurs tentant de réanimer".



L’émotion était extrêmement forte à ce moment là puisque ce fut le jour ou les premières victimes furent rapatriés et quelques jours avant les premiers obsèques.
MacKenzie n'hésite pas à dire que des supporters ivres ont attaqué les forces de l'ordre et les services médicaux qui venaient en aide aux victimes. Il va plus loin en affirmant que des supporters ont dépouillé, violé et uriné sur les morts.
Déjà coupable pour la presse de l’époque des 96 morts, les supporters de Liverpool ne seraient rien de plus que des voyous, des « barbares » sans foi ni loi, des « animaux » qui ne viennent que pour se battre etc…
La publication du journal provoque un tollé à Liverpool. S’en est trop pour les habitants de la ville de Liverpool qui se sentent souillés et humiliés. Un sentiment de colère va très vite monter dans les rues de la ville.


Billy Butler, animateur vedette BBC Merseyside, se fit très vite le porte parole de toute une communauté meurtrie par le ***. Lui et d’autres appellent immédiatement au boycott du journal. Des marchands de journaux mettent alors des pancartes : « nous ne vendons pas le *** ici ». Tous les appels arrivant à la radio sont de la même teneur : il faut boycotter le ***.
Voici un exemple concret de réaction spontanée qu’ont pu avoir les gens blessés dans leur chair. A Kirkby, une banlieue ouvrière en périphérie de Liverpool, les habitants aspergent d’essence et brûlent des piles du ***, pour appeler à la mobilisation du mouvement.



L’actrice Margi Clarke - héroïne du film « Bons baisers de Liverpool » - se déplace pour donner l’exemple. Sa mère, Frances Clarke, conseillère municipale de Kirkby, harangue la foule munie d’un haut parleur à la sortie d’un centre commercial et fait signer des pétitions contre le ***. Derrière elle, on peut voir des affiches improvisées ou l’on lit : « en mémoire des victimes : n’achetez pas le *** ».

Kenny Dalglish eu Kelvin MacKenzie au téléphone peu après les « révélations » du ***. L’écossais demanda au rédacteur en chef du journal de titrer « WE HAVE LIED » (nous avons menti) avec les mêmes caractères que la une « THE TRUTH » (la vérité) et lui affirmant que c'était la seule solution pour réparer leur erreur. MacKenzie lui répondit que c’était impossible.

A Liverpool, la grande majorité des diffuseurs de presse ont refusé de stocker le moindre exemplaire du journal, certains ont refusé d'acheter le moindre magazine dans un point-presse qui mettrait ce titre en vente, d'autres ont annulé leur abonnement sur-le-champ.



Après quelques semaines, les ventes du *** passèrent, pour la Merseyside, de 524.000 à 320.000, soit une perte sèche de près de 40%.
Dans beaucoup de quartiers, les libraires réduisent de 80% leurs commandes du journal.


Murdoch, réalisant que ce boycott n’était pas simplement un fait d’humeur et qu’il commençait à perdre de l’argent, intima l’ordre à MacKenzie de « faire quelque chose ».
MacKenzie s’exécuta le 30 juillet 1989 sur les ondes BBC Radio Four et présenta ses excuses mais elles ne furent pas acceptées par la population. Selon Linda McDermott, journaliste à Liverpool, « un tort incalculable a été causé et il est clair qu’aucune excuse n’y pourra rien changer ».
Selon un rapport, le boycott du journal à Liverpool coûta, entre 1989 et 1990, près de 10 millions de £ au groupe News Corporation de Rupert Murdoch.
Selon une estimation de 2005, Murdoch aurait perdu dans cette affaire plus de 100 millions de livres.


Aujourd’hui le boycott est toujours présent même s’il a perdu de sa force. Certains libraires refusent toujours de vendre le moindre exemplaire du journal.
Tous les ans, le Hillsborough Justice Campaign organise un boycott massif du ***, chaque 15 avril, date anniversaire de la tragédie.



Robert Wearing, députe travailliste de West Derby, décrit ce sentiment de rejet du journal : « Beaucoup de monde a été insulté ce jour-là. Un nombre considérable de gens n’achète toujours pas le *** à Liverpool, et il est clair que le journal se vend beaucoup moins bien que dans d’autre villes du Nord comme, Manchester ou Newcastle ».
Le 7 Juillet 2004, le *** présente finalement des excuses pleines et entières et affirme avoir commis l'erreur la plus terrible de son histoire. Mais pour la plupart, ces excuses interviennent beaucoup trop tard et elles ne sauraient effacées des années et des années de mépris et de mensonges de la part du ***.



Le rapport Taylor

Deux jours après la catastrophe, le juge Taylor fut alors chargé par Douglas Hurd, ministre de l’intérieur du gouvernement Thatcher, de mener l’enquête.
Quatre mois après, le rapport Taylor conclut que la tragédie de Hillsborough aurait pu être complètement évité. Le juge Taylor mis en causes les failles graves dans le système mis en place par la police, en particulier s’agissant du contrôle des supporters, du filtrage, de la gestion de la foule et de la présence des forces de l’ordre en dehors et à l’intérieur du stade.
Le commissaire David Duckenfield en pris pour son grade, notamment dans la gestion du flux des supporters. Il faut dire que ce dernier ne fut nommé que deux semaines avant le drame et qu’il n’avait aucune expérience des grandes rencontres de football. Son prédécesseur, Brian Mole, commissaire chevronné en la matière, fut muté peu de temps avant le match pour une sombre histoire de bizutage entre deux jeunes officiers.
Autre constat, les supporters de Liverpool n’avait reçu de la part de la FA que 15.000 places contre 21.000 pour les fans de Forrest ! Liverpool avait en effet hérité de la tribune visiteur plus petite que celle du Kop de Sheffield attribué aux supporters de Forrest. Ce qui peut expliquer le fait qu’un certain nombre de fans reds sont venus au stade sans ticket.
Quand on connaît l’engouement de la red army pour un match de Liverpool, le nombre de places attribuées apparaît comme famélique. A moins que Mme Thatcher ne voulait pas voir trop de « dangereux » supporters traînés aux alentours d’Hillsborough. L’explication donnée par les autorités et la FA était que le Kop de Sheffield était plus accessible pour les fans de Forrest, qui pouvaient sortir plus facilement pour reprendre l’autoroute. Mais ceci n’est pas une réponse cohérente. Et elle n’en sera jamais une.
De plus, le contrôle des billets avant le stade fut aussi négligé, ce qui permit aux personnes sans billets de venir se fondre dans la foule aux abords de la tribune.
Mais le pire, c’est que le Hillsborough stadium avait connu des incidents similaires l’année précédente lors du match de demi-finale de Cup entre…Liverpool et Nottingham Forrest. Le match avait été ainsi retardé parce que tous les supporters n’avaient pas pu entrer dans le stade. Des supporters avaient alors envoyés de courriers de plaintes et de mises en garde. Ils ne furent pas entendus...!

L’obsession du hooliganisme a aveuglé les autorités sur les vrais enjeux sécuritaires comme le raconte Le Monde à l’époque : « Le stade de Hillsborough est plutôt conçu pour éviter les troubles entre supporters. Mais ils semblent que les organisateurs ont été victime de leur phobie du hooliganisme : cela les a amenés à transformer le stade en gigantesque piège. Destinées à prévenir toute invasion de la pelouse, les grilles de protection hérissées de piques ont tué de simples supporters ».
La vétusté des installations fut aussi mise en cause. En exemple, lors du drame, Glyn Philips, un docteur de Glasgow présent à Lepping Lane end, s’est saisi d’un des seuls réservoirs a oxygène afin de réanimer une victime, mais le réservoir était vide…
Autre exemple, les lignes radio reliant les organisateurs du match furent coupées quelques minutes avant le drame. Cette impossibilité de communiquer provoqua la décision fatale de permettre à l’immense foule massée au dehors de pénétrer dans la tribune déjà pleine à craquer.

Le rapport a donc établi plus tard que, contrairement à ce qu'a publié le ***, la tragédie était due à la mauvaise organisation des autorités et non pas à de quelconques agissement de hooligans.


Sujet: Re: THE HILLSBOROUGH DISASTER - JFT 96 - DON'T BUY THE *** Mar 15 Avr 2008 - 0:25
La verdict de la justice

Pour juger les responsables du désastre d’Hillsborough, une cour de coroner est chargée de ce dossier. Le coroner est un juge dont la tâche consiste à élucider les morts soudaines et inexpliquées, puis à faire condamner les éventuels coupables en conséquence. L’enquête et les dépositions du juge Stefan Popper s’étalèrent de 19 novembre 1990 au 28 mars 1991 ; jamais on n’avait assisté à une procédure aussi longue dans l’histoire juridique britannique. Quelque 230 témoins se succédèrent à la barre. Un avocat représentait 43 familles de victimes, ces dernières s’étant cotisé pour payer ses honoraires. Les survivants, eux, n’étaient pas représentés. Ils auraient du payer eux-mêmes mais ils n’ont pu se le permettre.
Les policiers passant à la barre furent contraints d’admettre la faillite quasi-totale de l’organisation de la rencontre. Les tests d’alcoolémie procédés sur les corps des victimes se sont avérés à 85% négatifs. Les officiers de police durent avouer leur erreur lorsqu’ils clamaient jadis l’irresponsabilité de fans alcoolisés. Version relayée par la plupart des médias à l’époque des faits.

Le 28 mars 1991, à 12h08, après plus de quatre mois d’auditions, le jury se retire pendant 48 heures pour délibérer. Au retour, dans la salle d’audience, le verdict tombe : « Mort accidentelle ». Neuf jurés contre deux ont décidé de ne pas sanctionner police, stadiers, Association Anglaise de Football, etc…
Eddie Spearritt a perdu son fils à Hillsborough. Après l’annonce du verdict, il déclare ceci : « C’est comme si toutes les portes s’étaient refermées sur nous. A vrai dire, je ne m’attendais pas à autre chose. L’enjeu était bien trop important, il y avait beaucoup trop de gens éminents, qui avaient beaucoup à perdre. L’enquête officielle fut une mascarade même si on y a participé. On était bien obligés, on n’avait pas le choix ».



Justice for the 96



Un autre combat, autre que le boycott du ***, vient alors de commencer. Il faut désormais défendre la mémoire des victimes et rouvrir le dossier, exiger que la justice procède à un autre jugement des faits. Jugement qui n’eut lieu ni sous Margaret Thatcher, ni sous John Mayor, pas plus sous Tony Blair qui avait pourtant promis de rouvrir le dossier en pleine campagne pour les élections législatives de 1997.

Le « Hillsborough Families Support Group » s’est crée quelques jours après la tragédie mais différents problèmes internes (jalousie, autoritarisme) ont empêchés l’association de bien fonctionner. Au départ, les survivants du drame étaient exclus, seuls les personnes ayant perdues un proche pouvaient être membre. Cela a amplifié un sentiment de culpabilité de la part des survivants d’être toujours en vie. Anne Williams, qui a perdu son fils à Hillsborough, a voulu rejoindre le HFSG mais on lui gentiment dit d’aller voir ailleurs. Le fait que le décès de son fils fut plus médiatisé que les autres a entraîné de la jalousie de la part de certains membres. Cela révèle un total manque de soutien et de compassion de la part de familles elles-mêmes en situation de souffrance.

Annie Williams a mené sa propre enquête sur la mort de son fils. Kevin fit l’objet de deux enquêtes à la demande de sa mère mais aucune n’apporta de réponses. Des témoins furent mentionnées mais jamais appelés à la barre. Le jury ne pouvait donc pas juger les responsables puisqu’ils devaient s’en tenir à la version plus ou moins officielle de la police. De plus le juge coroner décida que l’enquête ne devait pas examiner les évènements après 15h15, prétendant que les victimes devaient déjà être décédées à cet instant… ! Grâce à des témoignages de fans de Liverpool et d’ambulanciers, Annie Williams a pu déterminé que son fils décéda vers 16h00, soit une heure après le coup d’envoi ! Pendant tout le procès, le juge ne mettra jamais en cause les failles qu’il y eu après 15h15. Tant que la justice ne voudra pas examiner ce qu’il s’est passé après 15h15, la bataille pour la justice d’Annie Williams et bien d’autres personnes sera compromise. Annie Williams fit tout de même trois autres demandes pour réexaminer le cas de son fils. Elles furent toutes les 3 refusées…

Revenons au « Hillsborough Families Support Group ». Le HFSG voulait tout contrôler sur le désastre d’Hillsborough, si bien qu’en 2000, quand Anne Williams et John Glover, qui a également perdu son fils Joe, ont voulu passer à la télévision pour exprimer leurs sentiments sur les évènements, ils n’ont pu le faire. Peu avant l’émission, ils reçurent une note d’information du HFSG qui leurs interdisaient de parler en public de Hillsborough tant que le verdict du prochain procès de Leeds contre Duckenfield et Murray (commissaire de police adjoint) ne serait rendu. Certaines familles se sont donc désolidarisées (par choix ou par obligation) et ont contribué à la naissance du « Hillsborough Justice Campaign », fondé en février 1998 par Peter Carney. Il réunit des survivants, des gens endeuillés par la perte d’un proche ou d’un parent, et des supporters qui se battent pour que justice soit rendue. Là est la grande différence avec le HFSG. Les premières réunions ont commencé en avril 1998 quand plusieurs familles ont décidés de rejoindre la lutte de l’association « Survivors and Supporters of Justice For All (Survivants et Supporters pour la Justice pour Tous).

Voici les 3 objectifs de l’association :
- Poursuivre la justice pour les 96 personnes décédées, les familles endeuillées, les survivants tout près de mourir dans les parcages 3 et 4 et pour ces personnes malheureuses qui continuent de souffrir du traumatisme de ce désastre.
- Recruter des membres dans le but d’augmenter le soutien pour la « Justice Campaign ».
- Augmenter les fonds pour servir la cause de la « Justice Campaign ».

http://www.contrast.org/hillsborough/
le site web du Hillsborough Justice Campaign avec une vidéo de 20 min




La recherche de fonds est une part importante de la campagne et permet à l’association de continuer à vivre. Ces fonds peuvent ainsi servir à aider des familles pour payer des avocats lors de leur bataille pour la justice mais aussi à apporter un soutien psychologique et médical quand elles en ont besoin.



Le HJC est là pour que personne n’oublie ce qui s’est passé et pour que les nouvelles générations se souviennent qu’un certain 15 avril 1989, 96 hommes, femmes et enfants qui allaient à un match de football voir leur équipe préférée n’en sont pas revenus vivants.

Cette année encore, il y aura une marche jusqu’au mémorial d’Anfield depuis le HJC shop. A partir de 14h45, le Kop sera ouvert pour que chacun puisse se recueillir ; supporters, personnes endeuillés et même des joueurs du club seront présents pour rendre hommage aux 96. Une minute de silence sera observée à 15h06, heure où le match fut arrêté il y a de cela 19 ans. La cérémonie se terminera à 15h30 avec le « You’ll never walk alone ».


http://www.youtube.com/watch?v=tTDiyX3fEQs
vidéo hommage pour le 100 Days That Shook The Kop



le memorial de Sheffield






http://www.youtube.com/watch?v=-oo2TP4i5jg&feature=related
vidéo "You'll never walk alone" chanté par Johnny Cash





REST IN PEACE


WALK ON, WITH HOPE IN YOUR HEARTS, AND YOU'LL NEVER WALK ALONE, YOU'LL NEVER WALK ALONE

JUSTICE FOR THE 96


BOYCOTT THE ***





J'vous dit, je suis tombé sur cette Article aujourd'hui, je ne savais vraiment pas que le *** avait fait tout ça.. Mais c'est vraiment des Enculés ceux là!! Bande d'Enfoirés!

Voir le profil de l'utilisateur

56 Re: Drame de Hillsborough le Mer 11 Nov - 21:31

Antoine

avatar
Divinité
Divinité
Merci beaucoup pour cet article. Je l'ai lu en entier.
Je me rendais pas compte...
Les videos marchent pas mais la video du site marche...

Voir le profil de l'utilisateur

57 Re: Drame de Hillsborough le Mer 11 Nov - 22:49

Ba De Rien c'est Normal.. Wink
J'ai aussi découvert beaucoup de chose qu'avait fait le *** et je comprends mieux pourquoi on les détestes maintenant..
Désolé pour les vidéos qui ne fonctionnent pas...

Voir le profil de l'utilisateur

58 Re: Drame de Hillsborough le Jeu 12 Nov - 13:30

Juanito44

avatar
Hall of Fame
Hall of Fame
Certains comprendront pourquoi on veut pas d'articles du *** et notamment que la plupart de leurs infos ne sont que de la merde, mieux vaut tard que jamais. Merci Sweet en tout cas.

Voir le profil de l'utilisateur

59 Re: Drame de Hillsborough le Jeu 12 Nov - 18:48

Le_FOO

avatar
Hall of Fame
Hall of Fame
J'ai pas tout lu, j'en suis à la moitié, je terminerai demain. En tout cas merci d'avoir pris de ton temps pour cet article


_________________
Aller au Mac Do pour demander une salade, c'est comme aller aux putes pour demander un câlin.
Voir le profil de l'utilisateur

60 Re: Drame de Hillsborough le Jeu 12 Nov - 20:25

Ba De Rien... C'est bien Normal.. Je suis juste désolé pour les photos, parce qu'il devait y en avoir, mais j'ai mon ordi qui à des problèmes pour le moment... donc je pourrais mettre les photos à l'occasions Wink

Voir le profil de l'utilisateur

61 Re: Drame de Hillsborough le Jeu 12 Nov - 20:30

zachery

avatar
Divinité
Divinité

Voir le profil de l'utilisateur

62 Re: Drame de Hillsborough le Jeu 12 Nov - 20:57

Merci beaucoup pour l'article :)
Je prendrais le temps de bien le lire quand j'aurais plus le temps

Voir le profil de l'utilisateur http://same-day.skyrock.com

63 Re: Drame de Hillsborough le Jeu 12 Nov - 21:31

Sirouu

avatar
Jeune Padawan
Jeune Padawan
Mercii pour l'article :)
Je crois que plus jamais je lirais un article du *** , c'est grave tout ce qu'ils ont fait ! & Ils essayent de se racheter alors qu'ils savent très bien que ça ne servira à rien ! Tout ça pour de l'argent

Voir le profil de l'utilisateur http://Mzllee-Saraah.skyrock.com

64 Re: Drame de Hillsborough le Jeu 12 Nov - 21:59

Sirouu a écrit:Mercii pour l'article :)
Je crois que plus jamais je lirais un article du *** , c'est grave tout ce qu'ils ont fait ! & Ils essayent de se racheter alors qu'ils savent très bien que ça ne servira à rien ! Tout ça pour de l'argent

Moi c'est simple, j'en ai jamais lu...^^ Et avec ce qu'ils ont fait, je ne prononcerai même plus ce Nom..

I'm dreaming I hope...

Voir le profil de l'utilisateur

65 Re: Drame de Hillsborough le Ven 13 Nov - 11:44

clivethered

avatar
Hall of Fame
Hall of Fame
Moi pareil jamais lu cette merde!

Voir le profil de l'utilisateur

66 Re: Drame de Hillsborough le Ven 13 Nov - 12:56

jon

avatar
Modérateur
Modérateur
Boycott the *** !!!

Voir le profil de l'utilisateur

67 Re: Drame de Hillsborough le Ven 13 Nov - 17:16

I'm dreaming I hope...


Qu'est ce que tu veux dire par là..?

Voir le profil de l'utilisateur

68 Re: Drame de Hillsborough le Ven 13 Nov - 17:44

Juanito44

avatar
Hall of Fame
Hall of Fame
Que j'ai quelques légers doutes sur ton affirmation de n'avoir jamais lu d'articles du ***. Etant donné tous ceux qui ont été postés ici... Et ce même quand on a demandé des centaines de fois de ne pas les poster !

Voir le profil de l'utilisateur

69 Re: Drame de Hillsborough le Ven 13 Nov - 17:58

Maintenant, quant je vois un news, je regarde si il y a marqué ***, et si c'est marqué, je ne lis pas

Voir le profil de l'utilisateur

70 Re: Drame de Hillsborough le Ven 13 Nov - 20:52

Sirouu

avatar
Jeune Padawan
Jeune Padawan
[quote="Arshavin y LFC"]
Sirouu a écrit:I'm dreaming I hope...
Moi aussi... J'en sais rien enfait xS

Voir le profil de l'utilisateur http://Mzllee-Saraah.skyrock.com

71 Re: Drame de Hillsborough le Mer 14 Avr - 19:05

Antoine

avatar
Divinité
Divinité
Voila, ca fait 21 ans demain. Quelques photos tirées du site officiel.




Kop Goal after Hillsborough by Dave
Sinclair



The *** Never Shines On LFC by Eric
The Fish



Ninety-six Wristband by
Dontbuythesun.co.uk




A Time To Reflect by BR-i




Justice Campaign in London
by Dave Sinclair




Never Forget, Never Forgive by BR-i




Justice for the 96 by Dontbuythesun.co.uk




Hillsborough 2 by Gibbopool2003




DSC00976
by Seanoevil




Kop after Hillsborough by Dave
Sinclair




Hillsborough Justice Campaign by hiphopdj




Kop after Hillsborough 2 by Dave
Sinclair




Anfield after Hillsborough by Dave
Sinclair




DSC05448
by seanoevil




Justice Campaign Walks Around
Anfield by Dave Sinclair




Hillsborough Justice
Campaign Badge by Dontbuythesun.co.uk




Anfield after Hillsborough by Dave
Sinclair




Voir le profil de l'utilisateur

72 Re: Drame de Hillsborough le Mer 14 Avr - 21:55

Le_FOO

avatar
Hall of Fame
Hall of Fame
Ca fait froid dans le dos ces photos mais très bel hommage en tout cas, comme chaque année.


_________________
Aller au Mac Do pour demander une salade, c'est comme aller aux putes pour demander un câlin.
Voir le profil de l'utilisateur

73 Re: Drame de Hillsborough le Mer 14 Avr - 22:14

Antoine

avatar
Divinité
Divinité
On peut les avoir où les bracelets "ninety six" ??

Voir le profil de l'utilisateur

74 Re: Drame de Hillsborough le Mer 14 Avr - 22:54

Scouser


Modérateur
Modérateur
A liverpool ça c'est sur. Je pense pas qu'il soit vendu ailleurs...

Belles photos, qui rappellent que le foot ne reste qu'un jeu, et que Liverpool a assez payé dans le passé.

Justice for the 96. You'll never walk alone.

Voir le profil de l'utilisateur

75 Re: Drame de Hillsborough le Jeu 15 Avr - 14:42

Juanito44

avatar
Hall of Fame
Hall of Fame
Merci pour les photos !
JFT96

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 3 sur 5]

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum